L comme Lambert

Playground, exposer les œuvres de la collection

25 septembre 2021 – 2 janvier 2022

Louise Lawler, Modern Painting, Donation Yvon Lambert à l’État Français / Centre national des arts plastiques / Dépôt à la Collection Lambert, Avignon © Courtesy of the artist and Metro Pictures, New York

Quentin Lefranc, Réplique, 2017, Collection privée

Zoe Leonard, Martin Luther King Jr, 1999-2006, Collection privée, Paris.

Sol LeWitt, Form Derived from a Cube, 1984, Collection privée.

Playground s’entend comme un programme d’expérimentation et de jeu appliqué aux différentes manières d’envisager l’exposition d’une collection. En référence à certaines pratiques radicales de l’exposition dans les années 1980, nous explorons l’idée que de nouvelles relations sensibles et de nouveaux regards peuvent naître de l’arbitraire de règles inhabituelles et parfois absurdes, pour offrir en partage une collection toujours vivante. Chaque exposition devient une situation dans laquelle les artistes s’invitent comme par effraction et dont les œuvres nouent entre elles des relations souvent inédites. 

Ici le L de Lambert devient une de ces armoiries que l’on admire sur les façades des palais romains et invente une famille d’artistes créée de toutes pièces par le hasard de l’orthographe des noms. Elle porte en elle la possibilité de découvrir l’essence d’une nouvelle compréhension des choses. En hommage aux Lettristes et à Isidore Isou, dont Yvon Lambert conserve un des rares manuscrits, L se transforme en un véritable concept signifiant dont la présence imprègne de manière fantomatique l’agencement des œuvres de l’exposition. 

Les artistes :

Detanico & Lain, David Lamelas, Mark Lancaster, Jo Lansley & Helen Bendon, Bertrand Lavier, Louise Lawler, Loïc le Groumellec, Quentin Lefranc, Zoe Leonard, Ruven Levav, Richard Long.